Agence pour l’évaluation de la qualité de l’enseignement supérieur (AEQES)

Nom de l’agence : Agence pour l’évaluation de la qualité de l’enseignement supérieur (AEQES)

AEQES

Pays: Fédération Wallonie-Bruxelles, Belgique (WBF).

Nom et statut du répondant: Eva Jaroszewski, responsable d’évaluation et plus particulièrement en charge de coordonner le dernier rapport auto-évaluation et la visite sur site du panel d’ENQA.

Taille / description du système d’enseignement supérieur

La fédération Wallonie-Bruxelles, Belgique (WBF) propose des programmes d’étude supérieure dans quatre secteurs : Sciences humaines et sociales ; Santé ; Science et Technologie ; Art. Ils sont dispensés par divers instituts, classés selon le type d’éducation qu’ils offrent : universités,  collèges universitaires, écoles d’art  et établissements d’enseignement  professionnel pour adultes.

*Données pour 2012-2013

Les études supérieures sont organisées en trois cycles:

  • Les études de premier cycle comprennent 120 à 240 crédits et conduisent au diplôme de la Licence. Ce diplôme peut être soit « transitoire » (c’est-à-dire destiné principalement à préparer les diplômés au cycle du Master) ou « professionnalisant ».
  • Les études de second cycle comprennent entre 60 à 180 crédits (généralement 120 crédits) et conduisent au Master.
  • Les études de troisième cycle comprennent la formation doctorale et la préparation à une thèse de Doctorat

Quand votre agence a-t-elle été implantée ?

L’AEQES a été créée en 2002 et réorganisée en 2008.

Taille de votre agence

Il y a maintenant dix membres du personnel (9,4 équivalents  temps plein), avec quatre différents postes : un Chef d’unité, un Comptable, un Assistant administratif et un Responsable d’évaluation.

Les activités principales de votre agence :

L’agence pour l’évaluation de la qualité de l’enseignement supérieur (AEQES) conduit un processus d’évaluation formative, basée sur un programme dans la fédération Wallonie-Bruxelles, Belgique (WBF), dans un contexte où une autorisation est donnée au préalable par le gouvernement. Les résultats des évaluations menées par l’AEQES n’ont, cependant, pas d’effets formels au sens d’un financement des établissements ou d’une autorisation d’exercice.  En d’autres termes, l’AEQES n’est pas une agence d’accréditation. En plus, elle n’effectue aucune notation ou classement des établissements.

L’AEQES développe de manière autonome les procédures utilisées pour l’évaluation de la qualité des enseignements et des apprentissages pour les programmes d’études aux niveaux 5, 6 et 7 du cadre européen de qualifications, dans les établissements autorisés par la (FWB).

Quelle était l’objectif de l’évaluation externe ?

L’AEQES a été évaluée par l’ENQA en 2011 et en 2016. Les évaluations ont porté sur la manière dont et dans quelle mesure l’AEQES remplit les critères d’adhésion à l’ENQA et ainsi que les normes et lignes directrices pour l’Assurance Qualité dans l’espace européen de l’Enseignement Supérieur (ESG). A la fin de l’exercice, l’AEQES a obtenu le statut de membre à part entière de l’ENQA et s’est inscrite sur l’EQAR.

Comment avez-vous organisé la préparation de l’auto-évaluation ?

La deuxième auto-évaluation s’est basée sur l’expérience de la première évaluation (2010-2011), en rapport avec le contexte plus large de l’évaluation de l’agence, de son positionnement actuel et de son développement futur.

Trois groupes de travail (WGs) sont créés par le comité de pilotage de l’AEQES. Ils ont eu à réaliser effet des tâches de manière plus ou moins simultanée :

  • Le groupe de travail (WG) « stratégie et méthodologie » a conçu un diagnostic stratégique basé sur des questionnaires récurrents envoyés aux institutions et aux experts après les visites d’évaluation. Il s’est ensuite engagé dans une large consultation prospective. Son travail a permis de construire le plan stratégique de l’AEQES 2016-2020, approuvé par le comité de pilotage en décembre 2015.
  • Un second groupe, le groupe de travail (WG) « développements méthodologiques », avait engagé une étude comparative des systèmes d’assurance qualité dans l’espace européen de l’enseignement supérieur (EHEA) pour définir des scénarios de développement pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, Belgique (WBF). Un rapport provisoire a été produit en 2016, première étape pour une large consultation des parties prenantes de l’AEQES.
  • Un troisième groupe de travail, le groupe de travail (WG) « auto-évaluation » a été chargé de la rédaction effective du rapport d’auto-évaluation de l’AEQES. Il s’est réuni sept fois, entre Avril 2015 et Janvier 2016, et a procédé en trois phases pour :

(1) définir la méthode de cet examen et une analyse approfondie des normes et  lignes directrices pour l’assurance qualité dans l’espace européen de l’enseignement supérieur (ESG) 2015 ;

(2) compiler des preuves et des documents utiles, dans les travaux particuliers des autres groupes de travail et des sections différentes du rapport ;

(3) présenter le rapport pour approbation lors d’une réunion extraordinaire des membres du comité de pilotage. En outre, ce groupe a été chargé de contribuer à l’organisation de la visite du panel (ENQA).

Plusieurs actions ont été entreprises pour assurer la cohérence du progrès global du travail concomitant des trois groupes  de travail : présentation des rapports provisoires des groupes de travail (WGs) lors des réunions plénières mensuelles du comité de pilotage, mise en place des comptes rendus des réunions des groupes de travail dans l’intranet de l’agence, régulièrement mettre à niveau les membres du personnel pendant les réunions internes de la cellule exécutive, et , pour certains membres du personnel, participer à deux ou trois de ces groupes de travail (WGs).

Finalement, il est intéressant de noter que d’autres travaux ou activités ont alimenté le processus d’auto-évaluation : les mémoires de fin d’études du master réalisés par les stagiaires internes de l’AEQES, une étude réalisée avec une recherche méthodologique appliquée du groupe d’analyse, une publication qui analyse les différents rapports publiés par l’AEQES par rapport à la première partie  des normes et  lignes directrices pour l’assurance qualité dans l’espace européen de l’enseignement supérieur  (ESG), etc.

Que recommanderiez-vous spécifiquement aux autres agences qui entreprennent l’auto-évaluation ?

  • Veiller à bien articuler les réflexions et projets en cours au sein de l’Agence et l’exercice d’autoévaluation ;
  • Identifier dès le départ de l’autoévaluation les sources et les preuves qui étayeront les autoanalyses ;
  • Etre transparent et lucide : si certains aspects ne sont pas optimaux, les énoncer et en expliquer les raisons ;
  • Veiller à bien différencier, à l’écrit, ce que l’on fait de ce que l’on voudrait faire ;
  • Inclure dans le rapport d’autoévaluation même ce que l’on considère comme des évidences (un système d’ES n’est pas l’autre, une agence n’est pas l’autre) en vue de faciliter la tâche des experts.

Quelle était la partie la plus difficile pour vous dans le processus d’évaluation ?

  • Aboutir à un rapport d’autoévaluation dans lequel chacun se retrouve (Comité de Pilotage, Cellule Exécutive, parties prenantes, etc.) ;
  • Garantir la participation de certaines parties prenantes aux entretiens (en particulier : responsables politiques, partenaires du monde socioprofessionnel et étudiants) lors de la visite et assurer que leur maîtrise du sujet est adéquate (leur exposer le contexte et l’enjeu de l’évaluation externe à laquelle ils participeront, les inviter à lire le rapport d’autoévaluation et à poser toute question en amont) ;
  • Et, pendant la visite : lâcher prise…

Qu’est-ce qui a été le plus utile pour votre agence et qu’avez-vous appris à la fin?

L’évaluation externe est un levier important : l’indépendance des experts et le recours à un référentiel reconnu à l’échelle d’un « continent » lui confère un haut degré de légitimité auprès de tous. Les constats, analyses et recommandations qui ressortent de l’évaluation externe permettent légitimement aux agences de dégager (ou de demander) les moyens nécessaires à leur prise en compte.